En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer le fonctionnement de notre site.

Les tendances qui dessinent le futur de la mobilité

Les 26 & 27 novembre se tenaient à Paris les échanges du Global Forum for Executive Mobility organisé à la Station F par le cabinet Oliver Wyman.

Au programme : les tendances qui dessinent un futur de la mobilité à la fois pluriel et déjà bien amorcé. Petit passage en revue des échanges auxquels ont participé des acteurs industriels et institutionnels aux premières loges de ces changements profonds.

Nous vivons en effet une époque cruciale, car ces changements s’accélèrent : les nouvelles mobilités s’accroissent à un rythme 30% plus rapide que le PIB mondial.

Jason Dorsey, président et cofondateur de The Center for Generational Kinetics, affirmait que le changement a ceci de symptomatique que désormais, l’âge auquel on acquiert son premier smartphone est devenu plus significatif que l’âge auquel on a passé son permis de conduire. C’est une façon emblématique de transformer l’appréhension de la mobilité contemporaine, que cristallise l’âge digital.

Plus encore, la révolution de la mobilité dépasse le strict aspect connectique, pour englober également ceux qui sont liés aux énergies, au big data, à l’IA… l’enjeu étant d’améliorer la qualité de vie et les conditions de circulations à notre époque.

En 2030, les besoins en mobilité seront multipliés par 2, tandis que l’urbanisation aura été multipliée par 2,3. Partant, il y aura plus de changements dans les 10 années à venir qu’il n’y en a eu au cours des 60 dernières années. C’est précisément tout le sens qu’acquiert la notion de Mobility As A Service (MAAS), vers laquelle convergent la plupart des départements innovation et stratégie des entreprises occupant un rôle sur le marché de la mobilité. Il s’agit là d’un nouveau paradigme, qui place le client et l’usager au centre des nouveaux usages. Car qui dit nouveaux usages, implique nouvelles attentes.

Ces attentes vont en effet constituer pour les territoires un défi d’attractivité, d’amélioration de l’aménagement du territoire et du management d’espace public : 50 % des infrastructures consacrées aux nouvelles mobilités sont encore à inventer d’ici 2030, nécessitant pour ce faire de nouveaux modèles économiques et de financements. Dans un tel cadre, seront décisives les capacités des territoires à imaginer des modèles de gouvernance plus flexibles, plus agiles, et tirant profit des solutions open-sources de partage de données.

Frédéric Mazzella, fondateur de Blablacar, a établi un lien direct entre le covoiturage, précurseur des mobilités nouvelles, et les modes doux, puisque outre l’aspect économique du partage d’un mode de transport devenant moins onéreux, le covoiturage a permis d’économiser 1,6 millions de tonnes de CO². Caroline Parot (CEO Europcar mobility), estime que la possession d’une voiture particulière est en déclin, et que le partage de véhicule va s’accroître, pour peu qu’on puisse proposer des solutions connectées. 90 % des véhicules particuliers n’ont pas d’usage quotidien.

Face aux solutions à énergie thermiques et routières, d’autres acteurs apparaissent pour favoriser les déplacements verticaux, à l’instar de Volocopter, lancé par Fabien Nestmann.

Reliant des « Voloports », ces solutions d’hélitransport dans les zones urbaines à forte densité optimisent les usages modernes en accélérant les temps de transitions avec les lieux de bureaux.

Le secteur du rail était représenté par Patrick Jantet (CEO SNCF Réseau) et Thierry Mallet (Chairman & CEO Transdev). Pour Patrick Jeantet, le premier enjeu d’une aire métropolitaine est le transport de personnes. Le train est le système offrant la plus grande capacité pour ce faire, les voitures mobilisant 7 fois plus d’espace que le rail. Quant aux émissions de CO², le train est 20 fois moins polluant que le trafic routier. L’industrie du rail est donc appelée à devenir de plus en plus présente. La véritable problématique contemporaine, pour le CEO de SNCF Réseau, concerne l’usage du temps disponible : dans quelles mesures le temps passé à bord entre Amsterdam et Paris acquiert-il un surcroît d’utilité ? Cela passe par le développement de solutions d’optimisation des usages à bord, qui constituent une innovation supplémentaire.

Pour le CEO de Transdev, acteur du transport public accompagnant les villes, la Mobility As A Service est un élément-clé. Tout l’enjeu est de concevoir (designer) son voyage à partir de possibilités d’articulations intermodales, à partir d’une seule application, qui en permette le paiement centralisé. C’est le cas de Moovizy à Saint-Etienne.

Les régies de transport publics sont les principaux clients avec 11 millions de personnes transportées quotidiennement. Or la plupart des villes ont été conçues pour l’automobile.

Transdev a su résoudre des problèmes de transports dans des zones à faible densité de population. Désormais, il incombe à ce type d’acteurs de prendre en compte les problèmes des zones périphériques et des banlieues : pour T. Mallet, « si nous ne pouvons résoudre le problème des banlieues, nous ne serons pas à même de régler les problèmes des centres-villes« . Quant aux transports publics dans le centre-ville, il importe avant tout, avant que de songer à alléger la congestion des centres-villes, de développer des solutions alternatives crédibles pour la circulation dans ces zones. En résumé, 3 facteurs sont susceptibles de véritablement améliorer la mobilité urbaine : le design urbain, l’amélioration des trajets de banlieue où les transports publics sont les moins développés, la régulation de l’espace public (péages avec tarifs intelligents).

A ce titre, Frédéric Mazzella, a indiqué que 99 % des courses en IDF représentent des courses de banlieue à banlieue, ou de banlieue-centre. Cela constitue un reflet en miroir du réseau de transport public.

Source : Dehooors

Lien de partage :

Devenez contributeur

Wimobi est une plateforme collaborative qui donne la parole à tous les acteurs de la mobilité qu’ils soient professionnels, chercheurs ou étudiants. N’hésitez pas à nous contacter pour définir la manière dont vous pouvez contribuer à Wimobi.

En savoir plus

Sur le même thème