Les chemins de traverse d’Orsenna et Gilsoul

« Un citadin à l’arrêt est un citoyen mort » : comment une ville renouvelle le visage de la mobilité en intégrant ses contraintes, sa culture et sa morphologie ?

Dans Désir de Villes, Petit précis de mondialisation V, Erik Orsenna, en chroniqueur itinérant, continue de noter ses expériences des sociétés humaines, des modes de circulation et de production, et de ce qu’ils disent de nos civilisations contemporaines.

Le chapitre « La ville qui nous transporte » nous emmène à travers « cinq chemins de traverse de Liuzhou (Chine) à Kibuye (Rwanda) » en passant par les villes scandinaves et d’Europe de l’Ouest.

Le constat de l’ « Airpocalypse » est partout présent : énergies fossiles, épuisements des ressources, saturation de la production de véhicules thermiques dans les métropoles, émissions de monoxyde de carbone, d’ammoniac, de dioxyde de souffre, particules fines, etc. nous font passer de l’alarmisme à l’optimisme inhérent aux projets ambitieux : « promesses de villes-forêts », et dépolluantes. Liuzhou doit en devenir une très bientôt. L’architecte Stefano Boeri parle de 50 000 arbres et  1 million de plantes pour absorber les 10 000 tonnes de dioxyde de carbone par an. Ailleurs dans le monde, Singapour, Paris et Toulouse plantent leurs propres forêts régénératrices.

Le problème concerne encore les usages : 51 % des émissions de GES sont pour l’Agence internationale de l’énergie attribuables aux voitures. Mais ces voitures ne transportent pas que des particuliers, car 30 % des mobilités urbaines transportent les marchandises approvisionnant le territoire. Ce sont donc nos usages de consommation qui sont également en question.

L’avenir de la mobilité, c’est une révolution portée par 4 axes, explique Orsenna :

  1. Une limitation des véhicules thermiques polluants. Cartes de résidents (Amsterdam), péage urbain en fonction des horaires (Londres) , zones à faibles émissions (Bruxelles, Madrid ou Berlin), déclinent les stratégies actuelles de certaines villes d’Europe.
  2. Partage : de l’espace et de la chaussée, en faisant cohabiter tous les modes d’abord. Et des véhicules ensuite, en intégrant les nouvelles start up (BlablaCar, Autolib’, etc.)
  3. Fluidification du trafic, grâce au numérique, et à l’intelligence artificielle, permettant de parachever la ville des smart grids avec un calcul algorithmique des trajets les plus efficients en temps et en énergie.
  4. Dématérialisation des déplacements, grâce à de nouveaux usages de services et de travail (visioconférences, télétravail, télémédecine, etc.)

L’impact le plus marquant de ces nouveaux paradigmes est la libération d’un temps cognitif pris sur celui de la mobilité, permettant de faire autre chose : répondre à des courriels, lire, regarder des contenus audiovisuels, avoir des conversations. « Le trajet devient une parenthèse ».

Et la marche ? La ville marchable revient à la mode. Prétexte tout à la fois aux économies d’énergie, de gain de temps, de santé publique, et de remodelage urbain, la ville faite pour les piétons et l’intermodalité renoue avec l’esthétique anciennement industrielle des plus grands théoriciens de la flânerie urbaine : Walter Benjamin, Baudelaire, Valéry Larbaud ou Léon-Paul Fargue. Non plus industrielle désormais, mais servicielle et environnementale.

Passe d’une activité à l’autre, conjuguer l’électrique et l’huile de coude (ou de genou), et multiplier en les diversifiant les usages urbains. Voilà le nouveau visage d’une mobilité consciente de ses enjeux. Les mobilités questionne les façons de vivre. En changeant les unes, nous devons remettre en questions les autres.

Source : Erik Orsenna, et Nicolas Gilsoul, Désir de villes, Petit précis de mondialisation V, Robert Laffont, 2018 – Dehoors

Lien de partage :

Devenez contributeur

Wimobi est une plateforme collaborative qui donne la parole à tous les acteurs de la mobilité qu’ils soient professionnels, chercheurs ou étudiants. N’hésitez pas à nous contacter pour définir la manière dont vous pouvez contribuer à Wimobi.

En savoir plus

Sur le même thème